Accès direct au contenu

Image Bandeau 0 Image Bandeau Gauche 0

Vous êtes ici : Accueil > Le Loiret > Histoire et patrimoine > Figures du passé

Frédéric Bazille, un peintre au destin tragique

Frédéric Bazille est fauché dans la fleur de l'âge, pendant la guerre de 1870, lors d'un assaut à Beaune-la-Rolande.

Frédéric Bazille est fauché dans la fleur de l'âge, pendant la guerre de 1870, lors d'un assaut à Beaune-la-Rolande.

(Photo DR)

08/02/2003
Précurseur de l'impressionnisme, Frédéric Bazille est fauché dans la fleur de l'âge, pendant la guerre de 1870, lors d'un assaut à Beaune-la-Rolande. Retour sur la courte vie de ce peintre au talent méconnu, ami des plus grands.
Frappé à mort de deux balles. "Pour moi, je suis bien sûr de ne pas être tué ; j'ai trop de choses à faire dans la vie..." Ces quelques mots, plein d'enthousiasme et d'optimisme, le jeune peintre Frédéric Bazille, alors sergent-fourrier au 3e régiment de zouaves, n'imagine pas qu'ils sont ses derniers en les prononçant le 27 novembre 1870. Le lendemain, il tombe frappé à mort de deux balles, une première dans le bras puis une seconde dans le ventre en montant à l'assaut de Beaune-la-Rolande, où sont retranchées les troupes allemandes.

Il allait avoir vingt-neuf ans. Son père parviendra quelques jours plus tard à gagner le champ de bataille et à ramener avec lui, dans un cercueil de fortune, le corps de son fils qu'il fera inhumer au cimetière protestant de Montpellier, sa ville natale. Afin de remercier l'abbé et le vicaire de Beaune pour leur aide dans la recherche de la dépouille du peintre, la famille Bazille fit don à l'église de la ville où elle se trouve toujours d'une oeuvre originale de l'artiste, "Le mariage mystique de Sainte Catherine", réalisée d'après un modèle de Véronèse.

Un des plus doués selon Pissaro.
Pourtant, la vie de Frédéric Bazille avait commencé sous les meilleurs auspices. Il naît à Montpellier donc, le 6 décembre 1841, au sein d'une famille de la grande bourgeoisie. Voué à la carrière de médecin, il montre peu d'intèrêt pour les études médicales auxquelles son père l'a inscrit d'office en 1859. Passionné par la peinture, il finit par abandonner ses études pour se consacrer pleinement à son travail d'artiste. Installé à paris depuis 1862, il se lie avec Manet, Renoir, Sisley, Cézanne, Pissarro, Guillaumin, Monet avec lesquels il peint à Fontainebleau et qu'il soutint financièrement.

Par son rejet de l'académisme, sa volonté de peindre en plein air, son souci d'évoquer la vie contemporaine et la tonalité claire de sa palette, Frédéric Bazille se rattache à l'impressionnisme en gestation dont il est un des grands précurseurs. Mais il s'en distingue toutefois par l'importance accordée au dessin et par un certain souci de réalisme. Un monument à la mémoire de cet artiste méconnu est visible à Beaune-la-Rolande, érigé par sa famille à l'endroit où il fut tué. De lui, Camille Pissarro a dit simplement : "Il était l'un des plus doués parmi nous..."

M.Vassal

Frédéric Bazille en 4 dates

  • 6 décembre 1841 : naissance à Montpellier.
  • 1862 : Arrivée et installation à Paris.
  • Eté 1870 : Peint le Jeune homme pêchant à la ligne, tableau qui l'approche le plus des impressionnistes.
  • 28 novembre 1870 : tué au combat à Beaune-la-Rolande.



Rédigé par Alexandre Varagic

mise à jour le 8 septembre 2011