Accès direct au contenu

Image Bandeau 0 Image Bandeau Gauche 0

Vous êtes ici : Accueil > Culture, jeunesse & sport

Le Musée-Mémorial du Cercil inauguré

 
28/01/2011
Le 27 janvier, Simone Veil et Jacques Chirac ont inauguré les nouveaux locaux du Cercil, rue du Bourdon Blanc, à Orléans. Ces derniers abritent désormais un émouvant musée financé notamment avec l'aide du Conseil général et dédié à la mémoire des 4 400 enfants internés dans les camps du Loiret.
Un musée qui rappelle une tragédie. "L'émotion est importante, nous l'avons attendue très longtemps, très très longtemps, mais je me dis : les choses bougent et il faut les aider". Ce sont sur ces mots que Simone Veil, rescapée de la Shoah à 16 ans et marraine du Cercil (Centre d'étude et de recherche sur les camps d'internement dans le Loiret et la déportation juive), a conclu son discours hier lors de l'inauguration du musée-mémorial des enfants du Vel d'Hiv. Pour l'occasion, celle qui, 20 ans auparavant, avait soutenu la création du Cercil aux côtés de Serge Klarsfeld, vice-président de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, était accompagnée de Jacques Chirac, premier président de la République à avoir fait reconnaître la responsabilité du régime de Vichy dans la déportation des juifs.

Installés dans une ancienne école maternelle de la IIIe République, les nouveaux locaux du Cercil hébergeront, outre un centre de ressources, un centre d'archives et une salle pédagogique et d'expositions temporaires, un musée-mémorial des enfants du Vel d'Hiv : "un lieu de vérité, d'hommage et de pédagogie", pour Serge Grouard, maire d'Orléans ; "l'aboutissement de 20 ans de recherches", pour Hélène Mouchard-Zay, présidente du CERCIL, tous deux porteurs du projet. Parmi les éléments symboliques des lieux figurent un fragment d'une baraque du camp de Beaune-la-Rolande, exposé dans la cour et classé Monument Historique, et le très émouvant musée-mémorial des enfants du Vel d'Hiv.

Une nouvelle étape pour le Cercil. Chana, 11 ans. Marek, 8 ans. Raymonde, 4 ans... Ils sont 4400 enfants à avoir été transférés après la Rafle du Vel d'Hiv en juillet 1942 dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande. Les 1400 petites photos qui émaillent les trois grands murs éclairés de la dernière salle du musée rappellent le mur des noms du Mémorial de la Shoah à Paris : "il n'y a pas de sépultures. Tous ces enfants ont été exterminés, gazés et donc brûlés à Auschwitz et il est vrai que les familles ont besoin d'un lieu où il y a un nom, où elles peuvent venir se recueillir", explique Nathalie Grenon, directrice du Cercil.

Ce projet, initié il y a environ 7 ans, a nécessité un budget de 1,4 M€. Il a été soutenu par de nombreux acteurs dont le Département à hauteur de 70 000 €, qui ont permis la réalisation de l'espace d'exposition muséographié. "Ce lieu est une nouvelle étape pour le Cercil, souligne Hélène Mouchard-Zay, un moyen d'amplifier notre action de travail de mémoire et de devoir d'histoire. Une mémoire qui a eu du mal à s'imposer et qu"il faut toujours défendre car ce sont les heures les plus sombres de l'histoire de France".

E. Boutheloup

Convoyés dans le Loiret

Beaucoup l'ignorent et pourtant quelque 18 000 Juifs ont été internés dans les camps du Loiret : 15 000 au total, dont 4 700 enfants, dans le camp de Pithiviers de mai 1941 à septembre 1942 (puis 3500 internés politiques de septembre 1942 à août 1944) et dans le camp de Beaune-la-Rolande de mai 1941 à juillet 1943. La plupart seront déportés vers Auschwitz et notamment 4400 enfants.

Par ailleurs, souvent oubliés, les tsiganes comptaient eux aussi parmi les victimes des rafles : 1700 d'entre eux, dont 400 enfants ont ainsi été internés au camp de Jargeau d'avril 1941 à décembre 1945.

Informations pratiques

Le musée-mémorial des enfants du Vel'd'Hiv avec son centre de ressources et sa salle des archives se situe au 45, rue du Bourdon Blanc, à Orléans. Il est ouvert du mardi au dimanche de 14 heures à 18 heures et jusqu'à 20 heures le mardi soir  (archives fermées le dimanche).  Les visites sont possibles le lundi, sur rendez-vous. Les locaux sont fermés le samedi. Il est aussi possible de se rendre sur les sites des anciens camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers en contactant le Cercil. Le tarif pour la visite du musée s'élève à 3 € (2 € en tarif réduit et gratuit pour les moins de 18 ans)

Contact : 02.38.42.03.91



Rédigé par Gwenaël Cuny

mise à jour le 21 juin 2011