Accès direct au contenu

Image Bandeau 0 Image Bandeau Gauche 0

Vous êtes ici : Accueil > Economie

Le territoire est-il une marque ?

Élus, chefs d’entreprises et autres acteurs concernés par le développement économique se sont retrouvés à Gien pour débattre de l'attractivité de ce territoire.

Élus, chefs d’entreprises et autres acteurs concernés par le développement économique se sont retrouvés à Gien pour débattre de l'attractivité de ce territoire.

(Photo E. Mangeat)

15/10/2012
Le 11 octobre, l’Agence de développement économique du Loiret (Adel) et la Communauté des communes giennoises organisaient une soirée de réflexion consacrée au marketing territorial. Bonnes idées et bonnes pratiques étaient de la partie.
Volontarisme. "Ensemble, faisons gagner notre territoire", le mot d’ordre de la soirée "brainstorming" organisée par l’Adel (Agence de développement économique du Loiret) et la CDCG (Communauté des communes giennoises) semble avoir été entendu par la centaine d’acteurs économiques et politiques réunis dans la salle Anne de Beaujeu, le 11 octobre dernier, à Gien. D’ailleurs, cette conférence-débat originale (tant sur le fond que dans sa forme) n’a pas tardé à fédérer les points de vue des élus, des chefs d’entreprises et des autres acteurs concernés par le développement économique autour d’une certitude : le Giennois doit mieux "se vendre" et valoriser ses atouts à travers une marque la plus "communicante" possible. Pour s’inscrire durablement dans une dynamique d’attractivité, de développement (économique, démographique, etc.) et de réussite.

"Nous sommes heureux d’avoir récemment signé une convention de partenariat économique avec l’Adel et de montrer aujourd’hui encore que l’est du Loiret n’est pas délaissé", s’est félicité d’emblée Christian Bouleau, président de la Communauté des communes giennoises. Cela avant de laisser la parole à Thierry Goirand, son homologue de la communauté de communes du canton de Briare, également président du Syndicat de pays du Giennois, pour une présentation des atouts et difficultés du territoire fondée sur l’étude préalable à l’élaboration du Scot (Schéma de cohérence territoriale) à l’échelle de 31 communes. "La première conclusion de ce document est que nous devons nous organiser pour générer une dynamique propre au développement de notre territoire", a-t-il dit.

Témoins de choix. Sont ensuite intervenus Sophie Louet, en charge du lancement de la marque de territoire "Only Lyon", qui, depuis 2006, promeut la capitale des Gaules dans toutes les grandes capitales européennes, ainsi que Denis Muzet, sociologue et dirigeant de l’Institut Médiascopie, qui, justement, travaille à l’émergence d’une identité territoriale sur le territoire du Loiret. Pour la première, toute démarche de marketing territorial doit être portée par un leader (politique, économique), par une structure propre (RH, budget) et "un esprit d’amour et de convivialité, la volonté de travailler ensemble". Le second a rappelé comment les mots avec lesquels le grand public définit son propre territoire sont importants pour en faire émerger une perception commune, porteuse de sens.

Ce à quoi les trois témoins invités à questionner les intervenants ont réagi. Daniel Guillermin, président de Shiseido et vice-président de la CCI du Loiret a volontiers fait le parallèle entre marque de territoire et marketing produit : "Nous savons faire dans les entreprises, mais, pour réussir, tout doit commencer par la fierté d’appartenance des personnes concernées !" Richard Dupont, responsable des RH chez Pierre Fabre, a mis l’accent sur "la difficulté à attirer dans le Giennois jeunes cadres et jeunes actifs". Enfin, Jean-Pol Launois, président du Mouvement des entreprises du pays giennois, a rejoint Daniel Guillermin pour évoquer "une démarche structurée" qu’il faut mettre en place au plus tôt. "Cette rencontre marque notre capacité à fédérer des partenariats multiples autour de projets complexes, comme le véritable projet d’entreprise que nous propose M. Muzet pour notre territoire ; c’est une grande satisfaction", a conclu le président de l’Adel, Claude Dallier. Le Giennois devrait ainsi bientôt faire reparler de lui !

L. Bigot




Rédigé par Gwenaël Cuny

mise à jour le 15 octobre 2012